Installation de WordPress sous Linux et AWS

Bonjour à tous,

Aujourd’hui nous allons aborder l’installation de WordPress sous Ubuntu 18 dans un environnement AWS EC2.

Pourquoi ne pas continuer sous ESX, c’est juste histoire de changer un peu.

Globalement et concernant la partie Linux, ce sera la même chose, seule l’environnement d’exploitation sera différent.

Je vais partir du principe que vous avez déjà des connaissances sur AWS EC2 et que vous avez déjà mis en place des rôles ou utilisateurs sous IAM pas le groupe…hein 🙂 ).

1 – Commençons ce how to par la réservation de l’instance.

 

A ce stade, rien de compliqué, on sélectionne la version d’Ubuntu que l’on souhaite utiliser (bien penser à cocher à gauche le mode gratuit).

2 – On sélectionne la machine qui hébergera WordPress.

Veuillez noter le petit cadre vert…important.

3 – A l’étape 3, on laisse comme ça, rien a faire de plus ici pour cette démonstration.

4 – Ici, c’est la partie stockage, idem que pour l’étape 3, on laisse pour cette démonstration comme ça.

5 – Rien de spécial ici, il suffit de rentrer ce que vous voulez pour identifier votre instance.

6 – Par contre ici, c’est très important, il faudra prendre soin de bien renseigner vos infos, on peut (il faut) voir ça comme un firewall coté AWS, il sera possible d’y revenir plus tard pour changer le port ssh (un conseil).

7 – Petit recap avant de lancer l’instance, c’est toujours bon de faire un check avant.

Je tiens à préciser que le message dans le cadre jaune est à prendre en considération.

Dans le cas de cette démonstration, je vais passer outre (l’instance sera détruite à la fin).

8 – On peut enfin lancer l’instance, il faudra patienter un peu (comme sous OpenStack).

Il vous sera demandé de créer un paire de clés, je vous conseille de le faire et de la garder au chaud.

Voila, c’est la fin pour cette 1ere étape, passons à la suivante qui sera aussi la dernière de cette démonstration.

Etape 2

Dans cette partie, on va accéder à notre instance, la mettre à jour, modifier le port ssh et installer les prérequis.

1 – Accéder à notre instance, rien de plus simple, il vous suffira de cliquer sur l’instance et de choisir « CONNECTER » un popup s’ouvrira avec le modus opérandi.

Vous copiez le texte qui se trouve sous « Exemple » et vous le collez dans votre console et entrée.

Je vais quand même le préciser mais il faudra soit modifier l’emplacement de votre clé dans la ligne de commande soit se placer au même niveau que celle-ci.

2 – Update de l’instance, je vais vous passer la mise à jour ainsi que l’upgrade, c’est comme une vm classique.

3 – Installation des prérequis à la mise en place de WordPress.

On va commencer par installer PHP7.3 et ses plugins.

On se fait un petit coup de ppa avec la commande :

sudo add-apt-repository ppa:ondrej/php

Puis un

sudo apt update && apt upgrade

sudo apt install php7.3

Suivi de

sudo apt install php7.3-fpm php7.3-gd php7.3-mysql php7.3-imagick php7.3-curl

Un petit restart du service

systemctl restart apache2.service

4 – On va maintenant changer un paramètre dans php.ini qui nous permettra de télécharger des images d’un poids supérieur à 2M.

On se fait un petit vi ou nano

vi /etc/php/7.3/apache2/php.ini

On change la valeur de « upload_max_filesize = 2M » et remplacez par une valeur supérieure de votre choix.

Un petit systemctl restart apache2.service

5 – Installation et configuration de Maridb10, go la ligne de commande

sudo apt install mariadb-server-10.1 mariadb-common

Et un

sudo systemctl restart mysql.service

6 – Commande de sécurisation de mariadb

sudo mysql_secure_installation (rien de compliqué, il suffit de répondre aux questions)

sudo systemctl restart mysql.service

On se connecte à la BDD

sudo mysql -u root -p (En rapport avec secure installation)

7 – Création de la BDD, il suffit de suivre ce qui suit et de remplacer « database », »user » et « password » par ce qui vous convient.

CREATE DATABASE `database` DEFAULT CHARACTER SET utf8 COLLATE utf8_general_ci;

–  Création de l’utilisateur

CREATE USER ‘user’@’localhost’ IDENTIFIED BY ‘password’;

–  Attribution des privilèges sur la base BDD

GRANT SELECT, INSERT, UPDATE, DELETE ON `database`.* TO ‘user’@’localhost’;

– Pour attribuer tous les droits d’un utilisateur à une BDD

GRANT ALL ON `database`.* TO ‘user’@’localhost’;

– Prise en compte des droits

FLUSH PRIVILEGES;

Vous pouvez vérifier la bonne prise en compte de vos paramètres en vous connectant à la base avec vos identifiants (voir la partie secure de MariaDb).

8 –
Téléchargement de la dernière version de WordPress

https://fr.wordpress.org/latest-fr_FR.tar.gz

wget https://fr.wordpress.org/latest-fr_FR.tar.gz

On peut ensuite décompresser l’archive et la copier au bon endroit.

tar xvf latest-fr_FR.tar.gz && mv wordpress/* /var/www/html/

Dans le navigateur, taper votre FQDN ou votre IP et rajouter wp-admin

http:// »ip ou FQDN »/wp-admin et rafraîchir la page.

A ce stade vous devriez ne pas pouvoir accéder à la page d’installation de WordPress.

AWS étant bien fichu, il faudra vous rendre dans votre interface AWS et cliquer sur l’onglet « groupe de sécurité » choisir votre instance et rajouter le protocole http dans vos règles.

 

 

Un petit F5 et le miracle, la page d’installation de WordPress.

 

– 9 On va pouvoir commencer l’installation de WordPress, enfin :).

Cliquez sur « C’est parti ! »

Vous pouvez rentrer vos informations (voir secure de mariadb).

Je vous conseille de changer le préfixe des tables.

 

Cliquez sur « Envoyer »

 

Une fois fait, cliquez sur « Lancer l’installation » 

 

Petit Message, rien de dramatique, il vous suffit de créer le fichier en question, de lui attribuer les droits 775 et le user de votre instance et  de faire un copier coller de ce qui se trouve dans l’encadré.

 

Vous voila maintenant devant la page qui va configurer votre accès au site ainsi que le titre du site.

 

C’est plutôt rassurant…

 

Dernière étape…on y croit….

 

Félicitations, vous avez votre site WordPress sous une instance AWS EC2 😉

 

 

Attention, je tiens à préciser que j’ai volontairement passé outre une partie la sécurité sous AWS ainsi que sur l’instance pour gagner du temps (ce n’était pas non plus le but de cette démonstration).

 

TIPS***

« Si impossible de télécharger des images, aller dans le dossier wp-content et créer le dossier uploads en lui attribuant les droits 777. »

(Il faudra mettre avant d’essayer le reste les droits du dossier ou se trouve wordpress en 775)

Dans le cas de l’essai, dans /var/www/html/

chmod -R 766 * (se placer au niveau de la racine de html)

Il faudra penser à vérifier les droits du dossier wp-content

Le dossier et les sous-dossiers doivent être en 775 (exception du dossier upload).

sudo chmod -R 775 wp-content/

Vérifier aussi que votre user soit dans le groupe www-data et attribuer à www-date les droits à ton répertoire.

– Pour ajouter un user à un groupe

sudo usermod -a -G www-data ‘user’

sudo chgrp -R www-data /var/www/html/ (c’est fonction du répertoire ou se trouve WP, pour la démonstration dans /var/www/html/)

– Si des soucis avec des messages de FTP lors de l’installation d’un plugin, mettre à la fin du ficher wp-config.php, ceci : define(‘FS_METHOD’, ‘direct’);

sudo nano wp-config.php

define(‘FS_METHOD’, ‘direct’);

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.